Thérapies alternatives ou la quête du bonheur: s’informer et se prémunir

Dans cette rubrique

Thérapies alternatives ou la quête du bonheur: s’informer et se prémunir

Notre expert
Anne Jeger - Psychologue clinicienne

Question psychologique en ligne ► Anne Jeger, Notre partenaire psychologue clinicienne, répond répond gracieusement à toutes les questions que vous vous posez concernant vos problèmes personnels et familiaux :
Ecrivez-lui ici: jegeranne@hotmail.com ou au 076 373 98 26

Thérapies alternatives ou la quête du bonheur: s'informer et se prémunir

Un article écrit par Anne Jeger, psychologue clinicienne.
Elle répond à vos questions si vous lui écrivez

Quelle thérapie choisir?

Tous les jours fleurissent de nouvelles thérapies qui ont pour objectif d’amener un bien-être à ceux qui s’y intéressent et souhaitent se faire aider. De plus en plus d’individus se préoccupent d’aller bien ou mieux et se prennent en main pour répondre à ce besoin.
Et c’est une bonne chose!

Toutefois, la quête du bien-être est pour certain inaccessible et on assiste à un consumérisme excessif de ces thérapies alternatives assimilées à des recettes du bonheur qui ont des revers inattendus.

Ce qui est préoccupant dans le monde du soin, c’est que non seulement il est possible de faire moult thérapies sans discernement mais aussi moult formations et s’improviser thérapeute.

En effet, beaucoup de formations qui se déroulent sur un voire deux weekends délivrent des certificats à des personnes qui vont poser leur plaque et se dire thérapeute.

Et bon nombre d’individus en quête de bien-être (parfois addicts d’essais de thérapies en tout genre) risquent de rencontrer ces thérapeutes qui n’ont aucune expérience d’accompagnement, aucun bagage psychologique et par dessus tout n’ont fait aucun travail approfondi sur eux-même requis et obligatoire selon moi pour exercer un métier d’aide.

Une personne fragilisée qui rencontre un «thérapeute en herbe» a peu de chance d’en sortir indemne.
Les conséquences psychologiques sont tout aussi graves quand cette même personne passe d’une thérapie à une autre, se disperse, entend une chose et son contraire, et perd pied. 

Au lieu d’aller mieux, elle va de plus en plus mal, et arrive «éclatée» tel un puzzle de 1000 pièces dans le cabinet du medecin ou du psychologue.

Les thérapies alternatives englobent selon l’OMS les pratiques de soins «qui ne sont pas intégrées dans la tradition académique ou le système de santé dominant d’un pays». En Suisse, l’Office fédéral de la santé publique en recense près de deux cents ! Elles sont soigneusement décrites sur les sites de l’ASCA et de la RME.

Beaucoup de thérapie alternatives se ressemblent. Il est par conséquent très important de prendre le temps de lire et s’informer sur leurs objectifs et leurs bienfaits , de poser des questions, de s’assurer de la formation du thérapeute, et de sa réputation. Le bouche à oreille a du prix.

 

Comment choisir la thérapie qui me convient?

Pour choisir la bonne thérapie, je suggère de prendre le temps de se poser des questions:

  • Quel est mon besoin?
  • De quoi est-ce que je souffre?
  • Ai-je vraiment envie de m’engager dans une thérapie qui va prendre du temps et me coûter de l’argent?
  • Vaut-il mieux aller voir un homme ou une femme?
  • Etc.

Ce questionnement demande de s’assoir un moment...Une fois les questions posées et le rdv pris, une fois le premier rdv passé, j’encourage à se fier à son intuition:

  • Le feeling est-il passé?
  • Me suis-je senti bien dans le bureau du thérapeute?
  • A-t-il été clair dans ses réponses à mes interrogations?
  • Comment est-ce que je me sens le lendemain du rdv?

Et si tout semble OK alors c’est sans doute le temps de s’engager... Un moment en tout cas pour bénéficier des effets de la thérapie, et ne pas baisser les bras au premier écueil, pour repartir à la quête d’une autre thérapie et puis d’une autre et encore d’une autre ...

Tout ceci est essentiel car une personne fragile et en souffrance a besoin de trouver un professionnel formé et expérimenté soumis à l’éthique de sa profession. Le risque zéro n’existe pas mais il est possible de trouver un certain nombre de garanties en s’informant un maximum.
L’alliance thérapeutique basée sur la confiance qui se crée entre un thérapeute et son client concourt à la «réussite» de la thérapie engagée.

En résumé, pour choisir le thérapeute qui me conviendra:

  • Je m’écoute
  • Je cerne mon besoin
  • Je m’informe un maximum et prête l’oreille
  • Je prends rdv
  • Je fais confiance à mon intuition et à mes sensations, à mon intelligence émotionnelle et rationnelle (aussi!)

... et j’avance encore un peu plus sur mon chemin de vie avec bienveillance, respect et patience 😊

Commentaires





Nos adresses préférées

> Cormondrèche (NE)

Cabinet Séverine Sooriah

Praticienne en psychothérapie relationnelle, coach et formatrice d’adultes, j’accompagne les personnes au travers de leurs difficultés dans l’objectif qu’elles puissent trouver un apaisement non seulement psychique et physique mais aussi existentiel.
Spécialisée dans le harcèlement - la périnatalité - le soutien aux adolescents.
Thérapie familiale selon une approche analytique et systémique.

> Lausanne

Anne Jeger- Psychologue FSP/AVP
Aide en ligne - Consultation en cabinet

"Aucun homme ne peut rien vous révéler sinon ce qui repose déjà à demi endormi dans l'aube de votre connaissance..."
Khalil Gibran

> Neuchâtel - Le Landeron

Atelier Bien Grandir, Ateliers Faber et Mazlish

Ateliers de communication Faber et Mazlish Adulte/enfant, pour une éducation positive.
Conférences et conseils éducatifs personnalisés

> Lausanne

Le Cocon Créatif

Le Cocon Créatif est un atelier consacré à l’exploration et à la réalisation de soi par la créativité.

Autres adresses
A lire
Voir également
Nos partenaires