Les parents qui se déchirent

Dans cette rubrique

Les parents se déchirent

Notre expert

Violence au sein de la famille

Résumé d'une conférence du Docteur Gérard Salem,
Psychiatre FMH, Thérapeute de famille

  

 

On peut se faire du mal au sein de la famille. Et cette responsabilité incombe à toute la société car nous sommes tous dépendants les uns des autres.

  

Notre première expérience est la famille:

A ma naissance, je viens au monde, né d’un homme et d’une femme: 2 êtres se sont penchés sur mon berceau et ils m’apportent différentes choses. Je suis jeté dans la vie, dans la confiance obligatoire en mon père et en ma mère. Je n’ai pas le choix car si je refuse, le bébé que je suis meurt.
Cette dépendance dure environ 20 ans chez l’homme. Le bébé doit faire confiance qu’il le veuille ou non, à cette femme et à cet homme pour manger, boire, dormir…c’est une expérience totale, psychologique, émotionnelle, éthique... Et nous nous en souviendrons toute notre vie. La survie du bébé dépend de cette confiance. Quand il y a 2 personnes qui se penchent sur le berceau c’est une expérience encore plus intéressante car alors il y a interaction: le père avec moi, la mère avec moi et le père et la mère ensemble.
C’est le premier modèle de cette relation où je ne suis pas directement impliqué. Je serai imprégné de cette 1ère expérience, mais je pourrai corriger le tir toute ma vie. Selon l’attitude de mes parents entre eux et avec moi, mon destin et mon style de relation seront influencés. Ainsi, je serai toujours enrichi par mes premières expériences émotionnelles.

Tryade père, mère, enfant:

Elle joue un rôle fondamental dans notre destin. C’est une expérience non limitative qui donne espoir et confiance dans notre destin de réduire la misère, la méchanceté et de donner plus de chance à notre capacité de nous faire du bien.
Ainsi, toutes les familles sont capables de se faire du bien et/ou du mal comme les parents sont capables de se déchirer alors qu’ils se sont aimés.

Famille:

Cellule de base de la société. La mode actuelle de l’individualisme est de dire qu’on peut divorcer librement, lâcher prise, ouvrir ses chacras, s’aimer d’abord soi, s’épanouir….
Est-ce que ça justifie qu’on soit odieux? Qu’on jette alors à la poubelle sa responsabilité de l’autre, nos obligations, nos devoirs?

Quelle est notre destinée quand on sait que nous sommes des êtres dépendants?
Le cliché le plus répandu explique: comme j’ai été maltraité, je maltraite mes enfants. Ce n’est vrai que dans 30% des cas. Ce n’est pas la majorité. On a toujours la capacité de réagir. Nous ne sommes pas les marionnettes de notre destin.

Un psychologue américain a écrit que la psychologie avait infantilisée les gens. Tous les clichés diffusés par les magazines nous apprennent comment être individualiste. C’est beaucoup plus compliqué et à la fois beaucoup plus simple. La mode aujourd’hui c’est «Destroy, no futur… » C’est le règne du «sens de soi» et non de notre sens des responsabilités.

On nous apprend comment devenir individualiste, à détruire plutôt que coopérer ou comprendre.
La psychothérapie classique a fait du mal en flattant notre égocentrisme au détriment de notre responsabilité sur le monde. Elle flatte en nous notre besoin de régression. Alors qu’il faut nous éveiller à notre responsabilité politique. Tout ce qu’on décide et qu’on fait a de l’impact sur notre vie et notre destin et la vie et le destin des autres.
  

La résilience:

Il faut, pour l’humanité, des psychologues qui réveillent en nous des entailles initiatiques: «J’ai eu des parents indignes: je peux me plaindre toute ma vie». Mais je peux aussi dire: «Ils ont fait comme ils ont pu». Alors, je m’approprie mes épreuves et je fais avec. J’en fait mes propres scarifications et je vais réagir: c’est la résilience: je ne suis pas un assisté.
Etre responsable de soi c’est une chose. Etre responsable des autres s’en est une autre. Il faut renforcer les liens mutuels, les dépendances mutuelles. Et ensuite on va mieux.
Restaurer  le lien mutuel aide les gens à aller mieux. Se déchirer, s’aimer c’est inévitable car on est tous vulnérables, bien-traitants et maltraitants.

Que peut faire l’enfant?

Hausse des divorces en suisse : il passe la barre des 50% : l’enfant va donc grandir dans ce milieu.
Est-ce que les parents se déchirent ?
Est-ce un bien ou est-ce un mal ?
On entend souvent des phrases disant «C’est affligeant de donner aux enfants de mauvaises images", ou bien "il ne faut pas que les enfants voient les parents se déchirer" ou encore "mieux vaut un bon divorce qu’un mauvais mariage", "ne nous déchirons plus en nous déchirant définitivement…»
Et ce sont alors les familles recomposées avec 8 arbres de noël, les enfants un week-end sur deux,  et ….
Alors qu’il faudrait en réalité donner une chance à la reconstruction, au dialogue et à la compréhension, c'est-à-dire à la confrontation.
Quand les parents se déchirent ou sont harmonieux, ils influencent mon destin et ma façon d’être adulte : mon père est comme ci, ma mère est comme ça. Mais ils restent mon père et ma mère. Ce qui m’aidera à réfléchir sur ce que je vais faire comme père ou mère. Refuser ce qu’on a pu vivre d’injuste est un bon moteur pour changer le monde. Mais c’est aussi un moteur qui peut être dangereux.


La thérapie familiale contrainte par le juge:

Elle peut être positive, contrairement à ce qu’on croyait au début. Surtout pour les familles maltraitantes. C’est normal que le juge les demande: un enfant dont les parents s’entredéchirent est condamné à une survie aléatoire. C’est une tâche de la société de reconstruire un espace vivable pour cet enfant, de réunir les familles, de les confronter, de donner la chance de reconstruire quelque chose.

Nous avons tous le choix de nous détruire ou de nous jeter dans la confiance: devant celui contre lequel je lutte à mort, je choisi de me jeter dans la confiance.


Questions

  1. Y a-t-il, lors de graves différents, une possibilité, grâce à ce type de thérapie contrainte d’avoir une véritable restauration du lien ?
    Il y a différents cas de figure. Une conception individualiste du soin. Et lorsqu’on a déjà fait tout ce chemin individuel, qu’on a déjà vu tout le monde de façon séparé, on peut alors proposer un chemin collectif où les protagonistes pourront parler ensemble.Mais il y a toujours, surtout au début, une grande méfiance dans la rencontre avec celui contre lequel on se bat car les gens sont centrés sur leur relation et n’écoutent pas, ne se confronte pas à l’autre. Dans ce type de thérapie on pourra dire à Mr: « ok, on a entendu votre problème, mais vous, écoutez aussi ce que cette femme qui est la mère de vos enfants a à dire, ce qu’elle dit est aussi important ». Mais il y a un espoir pour l’avenir car chacun veut être positif pour ses enfants.
  2. Quel rôle doit jouer la belle-mère quand les relations entre les parents ne jouent pas et  que la belle-mère s’occupe aussi de l’enfant?
    D’abord le rôle du père, qui est entre la belle-mère et la mère est important. Il doit s’investir pour éduquer son ex-femme à respecter le rôle d’éducatrice de la belle-mère. Mais la belle-mère n’est pas la mère et on donne toujours la priorité aux parents biologiques. La situation, la vie provoque des situations où le père est obligé  d’assumer ses responsabilités. La belle-mère doit laisser le mari clarifier la situation avec son ex.
    Il faut les voir ensemble tous les 3 pour voir ce qui les oppose car ils sont à 3 pour élever l’enfant. Ils ont une responsabilité pour les élever ensemble.
     
  3. Les enfants font souvent des efforts désespérés pour restaurer la relation entre les parents jusqu’à s’en rendre malade.
    La résilience: c’est la capacité des personnes à résister aux coups. Certains enfants résistent et s’en tirent, d’autre pas. Ceux qui s’en tirent nouent une relation intime, secrète avec leur intimité qui restaure leur confiance. Alors qu’ils vivent dans des situations de méfiance atroce. Mais ces enfants qui s’en tirent restent toujours très vulnérables. Ils sont le plus souvent brillants, très riches intellectuellement mais très fragiles émotionnellement. Car ils ont été obligés de faire une dissociation protectrice, ce qui leur a permis de couper, de partir, d’être loin quand ils étaient malheureux. Et dans la vie ensuite, c’est leur façon de vivre. Quand il y a un problème, ils coupent.
      
  4. On répète souvent aux gens les mêmes choses: pourquoi ne les filme t-on pas? Ils auraient ainsi l’occasion de se voir?
    La vidéo est très utilisée dans les thérapies de famille. C’est important de regarder comment on se parle dans le couple, comment votre enfant vous regarde quand vous parlez à votre conjoint, quand vous vous disputez,… Ce type de film en dit très long et est très utile.

  5. Et comment faire quand les grands parents sont très impliqués dans la rupture des parents?
    Ils sont très importants. Et c’est très fréquent qu’on intervient pour les faire venir s’il sont partie prenante au conflit.


Le résumé de cette conférence a été fait par Isabelle de Boissoudy de l’association VaudFamille.

Commentaires





Nos adresses préférées

> Déplacement sur demande à Marin et la Maladière

Cabinet CSD

Spécialiste en droit matrimonial, divorce et séparation.
Tarifs défiants toute concurrence, économisez des frais d’avocat!
CSD vous garantit un service rapide et vous livre un dossier juridique complet et détaillé afin que vos démarches se réalisent dans les meilleures conditions possible.

> Neuchâtel

As’trame Neuchâtel

L'association As’trame Neuchâtel accompagne des enfants et des familles en cas de deuil, de divorce ou de séparation, ou de maladie grave d’un des membres de la famille.
As’trame Neuchâtel

> Neuchâtel

Service de consultation conjugale et familiale. CSP

Consultation conjugale et familiale.
Consultation de couple
Thérapie de couple
Formée à la Psycho-sexologie Positive - Neuchâtel
Cette permanence est mise sur pied conjointement par la Fondation neuchâteloise pour la coordination de l’action sociale (FAS), Caritas Jura, Le CSP Berne-Jura et le CSP Neuchâtel.

> Neuchâtel

Centre de l'Écoute Tomatis

Troubles affectifs, émotionnels et de la communication
Cours aussi à la Chaux-de-fonds.
Les centres de l’Ecoute de Neuchâtel et la Chaux-de-Fonds accueillent bébés, enfants, adolescents, adultes et seniors souhaitant améliorer leurs capacités d’écoute.

> La Chaux-de-Fonds

Service de consultation conjugale et familiale. CSP

Consultation conjugale et familiale. Thérapie de couple.
Consultation en psycho-sexologie positive.
Cette permanence est mise sur pied conjointement par la Fondation neuchâteloise pour la coordination de l’action sociale (FAS), Caritas Jura, Le CSP Berne-Jura et le CSP Neuchâtel.

> Lausanne

Anne Jeger- Psychologue FSP/AVP
Aide en ligne - Consultation en cabinet

"Aucun homme ne peut rien vous révéler sinon ce qui repose déjà à demi endormi dans l'aube de votre connaissance..."
Khalil Gibran

> Neuchâtel - Le Landeron

Atelier Bien Grandir, Ateliers Faber et Mazlish

Ateliers de communication Faber et Mazlish Adulte/enfant, pour une éducation positive.
Conférences et conseils éducatifs personnalisés

> Cugy - Lausanne

Formation en Psycho-Sexologie Positive - FPSP

Formation sexo. Perfectionnement professionnel en thérapie conjugale et sexuelle: Psycho–Sexologie Positive (FPSP).

Vous trouverez sur le site la présentation complète de la thérapie sexuelle positive et de la thérapie conjugale positive.

Ces deux formations sont accrédités par l’ordre des psychologues du Québec, par Santé publique de Belgique et en voie d’accréditation par des organismes français et suisses.
Elles ont lieu chaque année à Lausanne, à Paris, au Québec et à Bruxelles.
Ces deux formations peuvent aussi être organisées dans votre milieu, sur demande.

> Genève

Imago Suisse

Thérapie Relationnelle Imago, pour les couples de tous âges

> Lausanne - Paris - Lyon - Québec

Yvon Dallaire, psychologue et auteur

Créateur de la formation en psycho sexologie positive. Spécialiste du couple - Consultations conjugales - Conférences - Formations

A lire
Voir également
Nos partenaires