Notre expert
Anne Jeger - Psychologue clinicienne

Question psychologique en ligne ► Notre partenaire psychologue clinicienne, répond gracieusement à vos questions concernant vos problèmes personnels et familiaux :
Posez vos questions, c'est gratuit !
Stress et gestion du stress chez l'enfant

Qu'est-ce que le stress?

Le stress touche aussi bien les enfants que les adultes. C'est un état de tension à la fois physique et psychologique qui est souvent dû à une façon inadaptée de gérer la pression (école, sport, travail ou quotidien...) pendant une période relativement longue.
                

Plusieurs facteurs créent le stress:

  • Une situation comportant une pression psychologique
  • Durant une période prolongée
  • Une mauvaise manière de réagir face à cette pression

Beaucoup d’enfants développent des symptômes réactionnels aux pressions sociétales, scolaires et familiales.

Les facteurs de stress sont nombreux – on les trouve dans:

  • La vie de famille : relation parent-s/enfant – personnalité du père/de la mère – relation dans la fratrie – gestion du temps et organisation – attentes et pressions sur l’enfant – mode éducationnel …
  • La vie de couple : type de relation de couple – gestion des conflits – mode de communication…
  • La vie professionnelle : gestion de son travail – gestion du temps – gestion du temps de travail/temps dédié à la famille
  • Les événements inhérents à la vie : décès/deuils, séparations, déménagement-s, problèmes d’argent, chômage…


Les maux provoqués par le stress chez l'enfant

Sur le plan physique

  • fatigue voire épuisement proche du burn-out qui se traduit soit par un enfant irritable, qui s’oppose et refuse toute consigne, soit par un enfant inhibé, difficile à stimuler,
  • tensions, nervosité,
  • difficultés de concentration et de mémoire,
  • baisse des résultats scolaires,
  • manifestations somatiques: maux de ventre, maux de tête, etc.

Sur le plan psychique

  • peur, anxiété, angoisses: peur de mal faire, peur de l’échec, peur de la vie,
  • manque d’enthousiasme,
  • dévalorisation, mauvaise image de soi,
  • absence de désir,
  • absence de volonté,
  • quête de la perfection, hyper-contrôle,
  • obsessions,
  • impatience, intolérance à la frustration - etc.
           

A terme, s’il n’est pas aidé, l’enfant développe un stress que l’on nomme syndrome général d’adaptation, découvert par le Canadien Hans Selye. Sans cesse, on lui demande de s’adapter aux nouvelles techniques, aux nouvelles demandes, ce qui exige de développer une énergie physique et psychique considérable. Au bout du parcours du combattant où il n’y a pas de place pour le repos, ni pour l’échec, certains enfants s’enfoncent dans la dépression, d’autres développent une maladie.
Le corps dit STOP, enfin, à cette spirale d’exigences infernales.

             

Mesures de prévention du stress chez l'enfant

  • En amont, il est important de travailler sur ses propres attentes parentales envers son enfant.
  • Créer un lien de confiance, sécure, stable et fiable avec son enfant.
  • Faire confiance à son enfant et en ses capacités.
  • Eviter à tout prix les comparaisons au sein de la fratrie et avec les amis/autres élèves.
  • Prendre soin du rythme de son enfant. Eviter le « dépêche-toi ! ».
  • Anticiper sur le programme et l’annoncer à son enfant – autant que faire se peut.
  • Répondre à ses besoins quand il est petit et lui apprendre à demander une fois plus grand.
  • Lui faire découvrir ce que sont « les émotions » et comment les accueillir.
  • Prendre le temps de l’écouter et d’être attentif à ses sentiments.
  • Inviter des amis à la maison dès qu’il est petit.
  • Décompresser, déléguer et déculpabiliser ! L’enfant subit d’autres influences que celles de ses parents. Il s’agit de faire confiance à d’autres figures d’attachement, d’autres adultes. Et prendre du temps pour soi.

 

Pour nous parents, comment faire vis à vis de nos enfants?
Quelques repères proposées par Anne Jeger:

  • Chaque enfant a son propre rythme et il est primordial de le respecter.
  • Chaque enfant a ses propres compétences et il est primordial de les respecter.
  • Les enfants ne sont pas des machines.
  • Il existe plusieurs types d’intelligence et celle de votre enfant est aussi intéressante que celle du voisin même si elle est différente – évitez la comparaison et valorisez la sienne.
  • Les enfants ne sont pas des « réplications » de leurs parents, ils ont leur propre personnalité, leurs propres désirs.
  • les enfants ont besoin de repos, de temps pour « ne rien faire », de temps pour rêver.
  • les enfants ont le droit de râler quand ils sont fatigués après une journée bien remplie.
  • Les enfants ont besoin de savoir qu’ils sont aimés même s’ils ont des difficultés à l’école ou ailleurs.
  • les enfants ont besoin d’être encouragé et valorisé.
  • Ne demandez pas à votre enfant ce qu’il ne pourra pas vous donner même avec les plus grands efforts du monde ; dans certains domaines il a moins de compétences que dans d’autres.
  • Votre enfant est un être unique qui ne demande qu’à développer ses richesses, aidez-le.

Interview pour le journal Diagonal – Traverser la crise

Le stress chez les enfants est-il une problématique "légitime" ou la transposition d'un thème d'actualité dans le domaine de l'enfance? Est-ce un phénomène nouveau?

"Je ne pense pas que ce soit un phénomène nouveau. Toutefois le stress est majoré depuis quelques années à cause de la pression sociétale et professionnelle que subissent les adultes qui projettent (malgré eux) leur stress et leurs angoisses sur leurs enfants. Idem à l’école où ils sont tenus de suivre un programme et d’arriver au bout quels que soit les moyens et le temps mis à disposition."

 

Le risque de stress est-il plus élevé chez les enfants ou chez les ados? Il y a-t-il des groupes d'âge ou des populations à risque?

"Il peut être aussi élevé chez les enfants que chez les ados - tout va dépendre du contexte socio-économique dans lequel grandit l’enfant/l’adolescent, son développement psycho-affectif et émotionnel, les épisodes traumatiques de sa vie (séparations précoces, deuils, maltraitance), les antécédents de stress, la structure de sa personnalité, sa capacité à tolérer le stress, ses ressources internes et externes (familles, réseaux d’amis, etc). Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte."

 

Quelle est l'influence des écrans?

"On sait aujourd’hui que les écrans ont un impact non négligeable sur les enfants, leur cerveau, et donc leurs comportements. J’observe que l’addiction aux écrans provoque du stress. Car en état de manque l’ado cherche à trouver des solutions alternatives mais n’en trouvant pas il commence à stresser puis le stress tourne en angoisse et se traduit souvent par de l’agressivité face à ce qui fait obstacle : ses parents par exemple."

 

Les enfants disposent-ils de ressources intuitives pour la gestion de stress?  
Leur seraient-elles plus facilement accessibles qu'aux adultes?

"Je ne le pense pas. Les enfants ont besoin qu’on leur apprenne à gérer leurs émotions et leur stress. Ce pourquoi il est inopportun de les laisser seuls face au stress qui devient pathologique s’il devient chronique."

 

Assiste-t-on à un développement croissant des pathologies (hyperactifs etc.);
à une croissance de la prescription de médicaments ?

"Oui en effet. Ce qu’on nomme l’hyperactivité est un trouble diagnostiqué. Derrière un comportement hyperactif (et non un trouble) on peut y déceler beaucoup de stress et des angoisses non gérées et non contrôlées. L’enfant est débordé. En effet, on assiste à une augmentation de la prescription de médicaments. Toutefois beaucoup de médecins et pédopsychiatres restent prudents."

 

Comment comprendre le langage de stress chez les enfants alors qu'ils ne peuvent pas verbaliser leur vécu aussi clairement que les adultes? 

"Les enfants manifestent leur stress par les symptômes énoncés plus haut. D’aucun somatise beaucoup et développent des problèmes de peau par exemple, ont souvent mal au ventre ou à la tête. Il faut y être attentif et s’inquiéter devant tout comportement nouveau et exacerbé."

 

Est-ce que les situations de séparation de plus en plus fréquentes induisent du stress supplémentaire chez les enfants ?

"Sans aucun doute et même quand elles sont bien expliquées aux enfants, ceux-ci doivent faire face à de nouvelles donnes, gérer les changements sur les plans physique et émotionnel. Le stress est une réaction physiologique face à un danger/l’inconnu et nous permet de nous adapter. Toutefois, une séparation brutale, inattendue ou répétée provoque des blessures psychologiques profondes."

 

Quels autres évènements majeurs peuvent-ils être déclencheurs? 

"Un décès, un déménagement, une agression, du harcèlement scolaire, des mauvais traitements, des abus, des disputes récurrentes à la maison entre ses parents, la pression scolaire, la pression parentale, etc."

 

Les parents s'inquiètent-ils trop (situation de l'enfant à l'école, sollicitations des professeurs)? 

"Oui et non. Ils sont plus alertes car ils s’informent, ont besoin de comprendre les réactions de leurs enfants, interroge les professeurs. Les parents se sentent plus concernés qu’avant. Par contre, quand l’enfant est tout le temps questionné ou observé, et que les parents sollicitent régulièrement les enseignants, ils peuvent présenter, l’un ou l’autre, un trouble anxieux."

 

Est-ce qu'on observe une insuffisance généralisée de sommeil comme chez les adultes?

"Oui c’est prouvé aujourd’hui. Les adultes dorment moins qu’avant. Moins de sommeil provoque des irritations, des comportements agressifs et parfois violents. Moins de tolérance et plus de réactions vives envers les enfants."

 

Concernant la question du manque de sommeil généralisé, est-ce que le même constat s'impose chez les enfants comme pour les adultes? 

"Oui de plus en plus. J’ai dans ma consultation des enfants et des adolescents stressés qui ont beaucoup de peine à s’endormir, car ils ne parviennent pas à se détendre ; ou qui se réveillent en pleine nuit et ont de la peine à se rendormir."

 

Qu’est-ce que le "syndrome général d'adaptation" ?

"Hans Selye, professeur et directeur de l’Institut Expérimental de Médecine et de Chirurgie au Canada, a introduit en 1950 le syndrome général d'adaptation qui se développe en trois phases : la phase d'alerte (mise en alerte de l’organisme avec réactions physiologiques), le stade de résistance (tentative d’adaptation au stress : réaction de combat, de fuite ou d’impuissance) et le stade d'épuisement (incapacité de récupérer et de s’adapter, effondrement, burn out). Le syndrome général d’adaptation est un exemple de la façon dont le stress provoque certaines pathologies. "

Que conseillez-vous aux enfants pour apprendre à gérer leurs émotions et leur stress ?

"Je recommande de pratiquer l'une de ces activités très bénéfiques :

  • La sophrologie
  • La méditation
  • Le yoga
  • La relaxation
  • L’auto-hypnose
  • L’équitation
  • Les groupes d’affirmation de soi

Il s’agit surtout d’apprendre aux enfants à respirer, à se relaxer, et aussi à comprendre que nos pensées influencent nos émotions et nos sensations. Donc il est aussi nécessaire de faire un travail sur les pensées. Leur offrir un cadre de vie calme, être à l’écoute de ce qu’ils vivent : parler fait du bien, être rassuré diminue le stress, et partager des moments tranquilles sans enjeux."

Commentaires





Partager:
A lire
Relax' minute 12 jours pour être bien dans son corps et dans sa tête

Relax' minute 12 jours pour être bien dans son corps et dans sa tête

Le programme en 12 jours : Le coach à garder près de soi pour être zen en tout temps et en tout lieu !

Nos partenaires